Chronologie 

 

La "genèse" : les déportations postrévolutionnaires.

 Juillet 1795 -  Arrivée en Guyane des deux révolutionnaires Billaud Varenne et Collot d'Herbois,

1797 - Arrivée en Guyane de 16 autres révolutionnaires

1798 - Arrivée de 376 déportés essentiellement des prêtres (camp de la Counamama)

 

L'époque "impériale", initiée par un rapport du baron Portal (sous Louis Philippe)

1846 - Rapport du Baron Portal ministre de la marine de Louis-Philippe.

Les forçats atteignent le nombre de onze mille. C'est une charge considérable pour la marine. Non seulement ils coûtent beaucoup, mais ils corrompent la population des arsenaux. Une commission a été nommée pour examiner s'il n'y avait pas quelque moyen de les employer à l'intérieur ou de les déporter dans un lieu où l'on pût leur présenter l'espérance d'un meilleur avenir. Jusqu'ici, on n'a pas trouvé de lieu de déportation convenable. Quoi qu'il en soit, de ces projets, j'ai fait examiner la situation de ces misérables et il a paru en la comparant avec celle des ouvriers qu'on leur avait fait une condition trop douce.

22 novembre 1850 - Le prince Louis Napoléon proclame : " 6.000 condamnés dans nos bagnes grèvent les budgets d'une charge énorme, se dépravant de plus en plus, et menaçant incessamment la société. " Il me semble possible de rendre la peine des travaux forcés plus efficace, plus moralisatrice, moins dispendieuse, et plus humaine en l'utilisant au progrès de la colonisation française ".

31 mars 1852 - Départ du port de Brest à destination de la Guyane de la Frégate l'Allier. Elle débarque aux îles du Salut  298 condamnés qui proviennent des bagnes de Brest et Rochefort, et trois déportés politiques.

1853 - Terrible épidémie de fièvre jaune au camp de la Montagne d'Argent.

1853 - Création du camp de Saint-Georges

30 mars 1854 - Vote de la loi qui définit la transportation des condamnés aux travaux forcés hors de France et qui Instituait en outre le doublage.

1854 - Création des camps de Sainte Marie, Saint Philippe, sur la Comté.

Juillet 1854 - Construction du Camp de St Augustin sur la Comté

1855 - Mise en service de pénitenciers flottant au large de Kourou et Cayenne.

1855 - Épidémie de fièvre jaune.

1856 - Création du pénitencier de Kourou

1856 : Fermeture du camp de St Georges.

1856 - Épidémie de fièvre jaune.

21 février 1858 - Inauguration du camp de St Laurent par le gouverneur Auguste Laurent Baudin

1859 - Arrivée en Guyane des premières femmes.

1859 - Évacuation des Camps de Sainte Marie, Saint Philippe, Saint Augustin, sur la Comté

1859 - Création du camp de l'îlet St Louis.

1859 - Création du camp de St Jean.

1860 - Fermeture du camp de St Georges.

1860 - Épidémie de paludisme.

1861 - Création des camps d'Organabo et St Pierre.

1863 - Ouverture du bagne de Nouvelle Calédonie

1863 - Création du camp de Ste Anne.

1864 - Les condamnés sont plutôt dirigés vers la Nouvelle Calédonie, dans une tentative de colonisation.

1864 - Évacuation du camp de la Montagne d'Argent.

1864 - Création des camps de St Maurice et Ste Marguerite.

1866 - Création du camp de Sparouine.

1867 - Début des travaux de construction du pénitencier de Cayenne.

1867 - Décret suspendant la transportation d'Européens vers la Guyane.

1868 - Fermeture du camp de St Jean pour cause d'insalubrité.

1868 - Fermeture du camp de Sparouine.

1868 - Fermeture du camp des Hattes.

1871 - Abandon des pénitenciers flottants La Chimère et Le Grondeur.

1875 - Épidémie de fièvre jaune, évacuation définitive de l'îlet la Mère

1875 - Abandon du pénitencier de Kourou.

1876 - Réouverture du pénitencier de Kourou.

1878 - Victor Schœlcher, fait approuver une loi interdisant la bastonnade dans les pénitenciers de Guyane.

1880 - Abandon du pénitencier flottant La Truite.

Le virage répressif extrême, sous la IIIe République

16 Mars 1880 - Promulgation du décret érigeant St Laurent en commune pénitentiaire.

1883 - Les bagnes passent sous la tutelle du ministère des colonies. Jusque là,  ils dépendaient du ministère de la marine.

1884 - Achèvement de la construction de l'hôpital de l'île Royale

27 mai 1885 - Vote de la loi sur les relégués.

1886 - Réoccupation partielle du camp de la Montagne d'Argent

1887 - Reprise de l’envoi des condamnés Européens en Guyane.

1887 - Réouverture du camp de St Jean.

16 juin 1887 - Arrivée des premiers relégués. (324 hommes et 24 femmes)

1888 - Reprise des transportations massives vers la Guyane, pour les transportés et les relégués.

4 octobre 1889 - Décret portant la création du Tribunal maritime spécial.

1891 - Directive émanant du gouvernement, demandant à l'administration pénitentiaire d'arriver à l'autosuffisance alimentaire.

4 septembre 1891 - Décret d'application sur les règlements disciplinaires des établissements pénitentiaires (instaurant, entre autres, la réclusion). Et qui stipulait en outre l'interdiction pour les condamnés de recevoir une quelconque rétribution de leur travail.

1896 - Création du Camp Charvein

1897 -Épidémie de typhus

1897 - Arrêt de la déportation vers le bagne de Nouvelle Calédonie.

12 mars 1898 - Arrivée de Dreyfus à bord du navire St Nazaire

1899 - Création de Nouveau Camp

1899 - Départ de Dreyfus à bord du navire Sfax.

1903 - Le procureur général de Guyane s'insurge sur la situation disciplinaire exécrable du camp Charvein été exige l'humanisation des conditions de travail  

1906 - Le gouvernement suspend l'envoi des femmes en Guyane.

1906 - Création du camp des Malgaches.

1909 - Abandon du camp de la montagne d'Argent

1909 - Création du Camp Godebert

1910 - Réouverture du camp des Hattes.

1912 - Inauguration de l'hôpital de St Laurent.

1917 - Réoccupation du camp de la Montagne d'Argent

1918 - Épidémie de grippe

1918 - Fermeture du pénitencier de Kourou.

 

La fin du bagne

8 août 1923 - Parution dans le Petit Parisien du 1er article sur le bagne par Albert Londres.

1924 - Réoccupation du pénitencier de Kourou.

 1925 - Suppression des bat-flancs et des fers. Les condamnés ont droit au hamac.

1929 - Fermeture définitive du camp de la Montagne d'Argent.

1931 - Création des Camps Spéciaux destinés aux condamnés provenant d'Indochine. (La Forestière-Saut Tigre-Crique Anguille)

 1931 - 2 Août Fermeture définitive du bagne de Nouvelle Calédonie.

17 juin 1937 - Décret loi portant suppression de la transportation en Guyane.

22 novembre 1937 - Dernier convoi de transportés à destination de la Guyane. (666 relégués)

1939 - Fermeture du camp Saut du Tigre.

1938 - Fermeture du camp Crique Anguille.

1940-1943 : pendant la guerre, sous l'administration pétainiste et la direction du commandant Camus, le bagne devient un véritable univers concentrationnaire

1946 Fermeture définitive du bagne.

17 août 1946 Arrivée à Marseille de cent quarante-cinq détenus en provenance de Guyane. D'autres convois suivront progressivement. Quelques rares détenus volontaires, en général affectés aux services départementaux, demeureront en Guyane. D'autres décidèrent d'être libérés sur place (un petit nombre occupant une partie des bâtiments désaffectés). Les condamnés aux peines les plus sévères dont on estimait qu'ils n'avaient pas effectué un temps de détention suffisant, ou que leur dangerosité était encore avérée, furent intégrés dans les maisons centrales françaises dont le nombre de places augmenta.