Marseillaise 2

MarseillaiseDécrit entre autres par Albert Londres (Quel jeu joue-t-on là ? Oh ! pas le bridge, ni le poker, pas même la vulgaire 'bourre' ou la simple 'banque' ; il s'agit d'une partie qui ne se fait qu'au bagne : 'la Marseillaise'. C'est, en somme, une espèce de baccara dégénéré) il s'agit d'un jeu de hasard qui faisait fureur dès l'extinction des feux. Autour des joueurs se pressent une myriade de parieurs qui jouaient leur chance sur l'un ou l'autre, de même que nombre de "petits métiers" qui les assistaient: le fournisseur du tapis de jeu et des cartes, celui qui procurait le lumignon (une boîte, un peu d'huile et une mèche), la sentinelle pour le cas bien improbable d'une visite nocturne des gardiens. (une fois les portes closes, peu leur importait ce qui pouvait survenir – hormis les risques d'évasion peu probables)

Dans les premières décennies du bagne, chacun était rivé par une manille à une barre fixée au bout des bat-flancs, mais il était facile d'acheter la complaisance des porte-clés arabes et de circuler librement dans la case. Jouer à la marseillaise, régler une affaire d'honneur ou s'isoler pour une brève aventure "sentimentale" dans la "chambre d'amour (les "toilettes") était donc des plus aisés. Les gardiens savaient tout cela et ne s'en préoccupaient guère : ainsi, dans la journée, les détenus étaient moins sous tension.

A la marseillaise, les conflits liés à des tricheries réelles ou supposées se réglaient "en hommes", au couteau – en général dans les cases elles mêmes. On retrouvait alors un ou deux cadavres le matin suivant (éventrés : bien entendu d'autres récupéraient le plan). Les interrogatoires ne donnaient jamais rien, d'autant plus que la mort d'un bagnard intéressait peu l'A.P.  Ils étaient enterrés "aux bambous" (Saint-Laurent) ou jetés aux requins (îles du Salut), dans l'indifférence générale. 

marseillaise3Ci-dessus : une rixe de pieds de biche (relégués) à poings nus. Les transportés se battaient infiniment moins souvent, mais ils le faisaient  "entre hommes", au couteau, pour ne pas déroger "à l'honneur")                                         

Documentation: musée Balaguier de la Seyne

 

 

marseillaise flag 22

 

marseillaise flag 23Fusains de Francis Lagrange (le second correspond sans doute à la fin du bagne: des tables sont disposées dans les cases)

 

plaie marseillaiseAnonyme

Derniers documents: Réunion des Monuments historiques.