$(KGrHqIOKnME52P1vqKOBOfg4zmBeQ~~60_35Cette sombre affaire d'espionnage dont les seules motivations furent l'appât du gain causé par une forte dépendance à l'opium et la fréquentation d'une courtisane, commise par un officier "israélite" (terminologie de l'époque) fut pain bénit pour les antisémites qui en pleurèrent presque de bonheur: elle survenait très peu de temps après la réhabilitation définitive de Dreyfus et remettait en cause une certaine évolution de l'opinion qui allait vers l'apaisement. 

Mais à l'époque, on se réjouit presqu'unanimement qu'il subisse le même sort que le capitaine innocent, à savoir la déportation sur l'île du Diable. De cette lamentable affaire, le moral de la Marine mit longtemps à se remettre.

.

 

08_Esca01

ullmo_benjaminBenjamin Ullmo, issu d'une riche famille d'industriels juifs, naquit à Lyon en 1882. Contre le voeu de son père, il décida de ne pas reprendre l'affaire familiale, et entra dans la marine en 1898. Il fit ses classes à bord du navire école Bourda, mouillé à Brest, et fut très vite repéré comme un élement prometteur. Dès ses vingt ans, il deveint officier, puis enseigne de vaisseau sur le contre torpilleur Carabine avec lequel il effectua des voyages en Indochine où il découvrit l'opium. Devenu dépendant, il en arriva vite à fumer vingt pipes par jour.

casino2Il fut affecté à Toulon en 1903, au moment où son père lui laissait un héritage confortable qui lui aurait largement permis de tenir son rang, mais qui n'était pas suffisant pour un cave fréquentant assidument les multiples casinos et cercles de jeu de la ville, consommant toujours autant d'opium (beaucoup plus cher à Toulon qu'à Saigon) et entretenant une poule de luxe, Marie Louise Welsch, dite la belle Lison qui ne soldait pas ses charmes.

Il cohabita avec celle-ci dans le quartier Mourillon à Toulon - ce qui choquait son milieu, mais rien n'était encore irrémédiable. Lison se montrait de plus en plus exigeante et fit fondre le capital d'Ullmo. Le cave étant plumé, elle menaça de le quitter, ce qui lui aurait été d'autant plus facile que la concurrence était rude pour remplacer Ullmo qui avait désespérément besoin d'argent pour la conserver et assouvir sa dépendance.

110426103543477917Le Carabine

La suite tient du très mauvais roman d'espionnage, et on a peine à croire qu'un des officiers parmi les plus brillants de sa génération ait pu croire au succès de sa machination (toute morale et sentiment patriotique mis à part)

220213048Pendant l'été de 1907, le lieutenant de vaisseau commandant la Carabine partit en permission en laissant l'intérim à son second, Ullmo, qui accèda ainsi au coffre dont il déroba le contenu pour en photographier les principales pièces: recensement de l'état de la flotte en Méditerranée, structure et éléments de la défense de Toulon et d'autres ports militaires.

Sollicitant une permission, Ullmo se rendit à Bruxelles où, sous un faux nom, il prit contact avec un agent allemand pour vendre les documents en sa possession. D'une part, cela paraissait "trop beau pour être vrai", d'autre part Ullmo demandait un prix excessif pour qu'on puisse acheter à des fins de vérification. L'agent refusa en prétendant que son pays possède déjà toutes ces informations.

C'est déjà très grave, mais ensuite on tombe dans le quasi comique. Ullmo contacta le ministère de la marine qui reçut une lettre indiquant qu'une personne détient les plans et documents photographiques intéressant la défense mobile des torpilleurs et contre torpilleurs de la flotte Méditerranéenne, ainsi que les codes des signaux et des ordres de mobilisation de l'escadre. Ces documents secrets seront livrés à une puissance étrangère, sauf si le Ministère les rachète

7La communication sera établie par la voie des petites annonces de la République du Var : Pierre fera des propositions à Paul. Tout dabord, les services crurent à une mauvaise plaisanterie mais Ullmo envoya une pièce tronquée qui prouvait "son sérieux". Il fut alors décidé de contacter l'auteur "Pierre" comme cela avait été précisé.

consulRendez-vous fut pris au 23 octobre 1907 en début d'après midi aux gorges d'Ollioules, après des péripéties qui font arrêter quelques temps un brave Consul coupable seulement d'avoir emprunter les "water closet" d'un train au mauvais moment, et Ullmo se jeta dans le piège tendu par la Sûreté (ce fut l'heure de gloire de M. Sybille). Il fut arrêté et emprisonné, puis jugé le 20 février 1908, par le tribunal de justice maritime.[ci-contre: le Figaro, compte rendu d'audience du procès]

 

Ullmo0

Charles_Benjamin_Ullmo_1908Les charges étaient accablantes et la grande préoccupation de la justice maritime, outre la sanction du traitre, était de savoir si oui, ou non, Ullmo avait réellement pu vendre ces documents de la plus haute importance. Officiellement, il fut établi que ce n'était pas le cas (il fallait rassurer l'opinion). Dans la pratique, on refondit tout le système, comme s'il avait été dévoilé.

L'expertise psychologique ne laissa guère de chance à Ullmo qui avait tenté de se réfugier derrière sa toxicomanie pour se justifier

___journalSans surprise tant les faits étaient graves, Ullmo fut très lourdement condamné (à la même peine que l'innocent Dreyfus): dégradation devant le front des troupes et déportation perpétuelle. Toutefois, on ne peut s'empêcher de penser que les juges maritimes ont "violé le droit" pour mieux sanctionner Ullmo qui fut condamné en tant que condamné "politique" alors que tout prouve que seule la vénalité guidait ses actes. La logique eut été qu'il fut condamné pour espionnage mais à l'époque, l'espionnage en temps de paix n'était sanctionné que de cinq ans de prison... 

Il est tout à fait possible que pour ce motif, la Cour de cassation aurait annulé le jugement. Ullmo ne la sollicita point. Un reste d'honneur, un souhait d'expiation? Ou le calcul qu'une courte "vraie" déportation avant de rejoindre Cayenne serait plus supportable, calcul que les événements ont démenti? Nul ne le sait.

 

08_Esca02Nous avons évoqué la résurgence de l'antisémitisme, que cette pénible affaire raviva. Pour en donner la preuve, citons deux extraits du Figaro qui n'était pas en ce domaine le pire des quotidiens, s'il veillait à garder sa clientèle "France profonde"

israéliteEt cette description physique... Quelle objectivité peut-on discerner dans ce texte d'une rare violence pour un journal qui se veut convenable? (Voir la photo de l'accusé, ci-dessus)

descriptionQuant à la belle Lison appelée (à sa grande fureur) à témoigner pour se justifier de n'y être pour rien dans cette histoire... Le même journal la rhabille pour deux saisons!

lison