Comment Seznec fut condamné? (lien)

presseDès son arrivée au bagne, Seznec étant une cause médiatique par excellence, les passions se déchainèrent. Il fit partie de ceux pour qui la Ligue des droits de l'Homme et du Citoyen (LDH) prit partie, cherchant à rassembler des preuves de son innocence (aiguillonnée en cela par un magistrat intègre et de renom : le Juge Hervé). Mais les éléments défavorables de son dossier jouèrent en sa défaveur, en particulier les faux en écriture et tentatives de subornation de témoins dont il s'était rendu coupable.

Arrivé assez tard à Saint-Laurent-du Maroni, il tenta très vite une évasion (en compagnie du docteur Bougrat) mais ses forces lui manquèrent (cet homme avait déjà 50 ans) et, sur sa demande, ses compagnons le déposèrent sur les rives de la Guyane hollandaise. Repris, il fut rendu au bagne et expédié aux îles pour y accomplir un temps de réclusion relativement court (sa bonne conduite lui valut la "remise du quart")

Une autre tentative tout aussi folle joua encore contre lui: ayant promis à un gardien de lui construire une tinette extérieure, il la calfata soigneusement pour en faire un "canot" et, une nuit, il tenta de la mettre à flot. Une ronde le surprit et c'en était fini, d'une évasion qui aurait sans doute avorté : entre les îles et le continent, il y a une immense mangrove et le pénitencier de Kourou ne manquait ni de gardiens ni de chasseurs d'hommes ; même arrivé sur à terre, que serait-il devenu, en livrée de bagnard et sans ressources dans un pays hostile?

Peu apprécié de ses codétenus, il fut finalement affecté au service de la lampisterie (un poste de tout repos qui consistait à remplir les lampes à pétrole et à vérifier l'état des mèches), et dispensé de dormir dans une des cases collectives.

071011IMG_0696 (2)La lampisterie de l'Île Royale

Voilà ce qu'en disait le commandant de l'île Royale en 1933:

"Seznec n'est plus qu'une pauvre chose : il ratisse les alentours de mon logement,
entretient quelques arbustes, et je le gratifie de paquets de tabac. Il me dit ses espoirs.
Mais il faudrait que ses amis fassent vite, s'ils ne veulent pas réhabiliter un mort."

A la fin du bagne, Seznec bénéficia d'une réduction de peine en 1946 et fit partie d'un des convois de rapatriements de 1947. Il mourut à Paris en 1954, des suites d'un accident de la circulation.

071011IMG_0699C'est tout à fait abusivement que son petit fils fit appliquer la plaque ci-contre, sur un des murs de la lampisterie.

Au regard de la justice Guillaume Seznec est toujours coupable et si on comprend un geste de piété familiale, on ne peut que s'étonner de la tolérance de l'Administration: ils furent des milliers à passer par là et si chacun laisse ce genre de souvenir...

.

.

184323_624286-seznec1Seznec revenu en France