guyane2A quelques encablures de Kourou, ces îles de quelques hectares étaient considérées comme le refuge du Diable par les Indiens Kaliñas (Galibis), que les Jésuites avaient tenté d'évangéliser avant leur expulsion (ils ont laissé leur nom à la Montagne des Pères, proche de Kourou)

757px-Kalina_hunter_gatherer

En 1763, une tentative de colonisation massive de la Guyane eut lieu, qui fut une hécatombe : des milliers de colons originaires de Lorraine, pas du tout préparés à ce qui les attendait et qui en outre souffraient pour nombre d’entre eux de maladies telles que les affections vénériennes acquises pendant la traversée - furent déversés en saison des pluies sur la lagune de Kourou. Paludisme, fièvre jaune, conséquences de l'alimentation avariée, absence d’abris et de soins appropriés… En quelques semaines, on déplora des milliers de morts. La Guyane acquit la réputation de Tombeau des Français  dont elle mit longtemps à se défaire.

Kourou_drawing_dessin_expedition14.000 malheureux débarquèrent en pleine saison des pluies sur les lagunes de Kourou. Le paludisme, la fièvre jaune, les carences alimentaires, les maladies vénériennes eurent raison de la plupart d'entre eux en quelques semaines : seuls 1.800 purent être rapatriés et firent de la Guyane un tableau épouvantable. Longtemps, on ne l'appela guère que le "tombeau des Français"

585px-Kourou_carte_map_1776De Chanvallon,  l’émissaire de Choiseul qui avait eu cette idée de colonisation. Sur s’évertua en vain à sauver ce qui pouvait l’être en tentant sans succès d’empêcher les débarquements qui se sont succédé des semaines durant (les capitaines des navires, épouvantés par ce qu’ils voyaient sur la lagune et apeurés à l’idée d’être pris d’assaut par les survivants désespérés menaçaient de leurs armes leurs passagers pour qu’ils débarquent de force avant de s’éloigner au plus vite). De Chanvallon eut l’idée de transporter sur quelques chaloupes les survivants sur les " isles du Diable"  rebaptisées " îles du Salut". Ils purent y achever leur convalescence : l’atmosphère plus clémente du fait d’une meilleure ventilation et surtout l’absence de moustiques – vecteurs du paludisme et de la fièvre jaune stoppèrent les épidémies (on ignorait à l’époque quel était le mode de transmission des  "fièvres") ; en outre, l’eau douce d’origine pluviale, était moins contaminée que celle des puits de la lagune.

Rapatriés, les survivants donnèrent une image épouvantable de la Guyane. Le scandale fut de portée nationale, mais Choiseul était bien trop puissant pour être réellement inquiété (il ne subit qu’une courte disgrâce) : c’est le malheureux Chanvallon qui avait pourtant sauvé ce qui pouvait l’être qui fut embastillé pour apaiser l’opinion.

Les premiers transportés ne pouvaient demeurer sur les pontons de Cayenne, et on désirait séparer les déports politiques des détenus de droit commun. Comme il était à peu près impossible de s'évader des îles, le bagne les colonisa rapidement. Curieux paradoxe que cette politique dont une des finalités était de mettre en valeur la colonie, et qui parqua sa main d'oeuvre dans des pénitentiers où détenus comme gardiens tombaient comme des mouches (la Montagne d'Argent, Saint-Georges, les établissements de la Comté) ou sur des îles et îlots minuscles, sans aucun profit...

1Ces îles (au nombre de trois) sont :

- l’Île Royale (la plus grande : 24 hectares)

- l’Île Saint-Joseph

- la plus petite, quasiment inaccessible en raison de la houle et des forts courants : l’Île du Diable qui a gardé le nom initial de l’archipel.

 

41Les îles du Salut et les "battures de Malmanoury" en 1863

69Elles sombraient peu à peu dans l'oubli, quand l'ouverture du bagne, puis la célèbre affaire Dreyfus et la déportation du capitaine innocemment accusé de haute trahison sur l'Île du Diable les remirent au premier rang de la déportation. Ensuite, on y installa les détenus les plus susceptibles de s'évader

Pour l’anecdote, on signalera que les îles du Salut constituent actuellement un des havres de repos parmi les plus prisés des Guyanais : plages, eau claire, piscines des forçats, auberge…

 

 

071011IMG_0622                                                                                      Les Îles aujourd'hui

On remarquera la couleur typique des eaux de la région, rendues limoneuses par les milliards de tonnes d'alluvions déversées par l'Amazone dans l'océan.