85096148_oC'est la Frégate l’Allier  qui, le 31 mars 1852, débarqua les premiers forçats en Guyane. Le convoi était composé de  298 condamnés et trois déportés politiques, accueillis par Joseph Napoléon Sébastien Sarda Garriga dit Sarda-Garriga (lien), Commissaire du gouvernement très vite disgracié, pour s'être opposé à la dérive autoritaire de Napoléon III.

Rien n'ayant été prévu pour leur accueil, les détenus furent d'abord accueillis sur des pontons, sur l'îlet La Mère (au large de Cayenne) avant d'être répartis dans des camps coloniaux où très vite la dureté des conditions de vie les décimèrent.

Déclaration de Sarda-Garriga.

"Mes amis, il n’y a pas, sous le soleil, de plus beau pays que celui-ci, ni plus riche. Il est à vous. Le prince Louis Napoléon m’envoie pour vous le partager. Vous allez descendre, travailler, préparer le terrain, élever des cases. Pendant ce temps, je parcourrai la colonie, je choisirai dans les sites les plus charmants les cantons les plus fertiles, puis ces terres cultivées en commun, seront partagées entre les plus méritants.

/ …

J’ai mission de vous faire vivre ici une vie nouvelle. En France vous êtes des criminels ; ici, je ne veux voir que des hommes repentants. Arrivés à Cayenne, je ne vous demanderai que peu de travail pour vous donner le temps de vous acclimater. Ce travail sera pour vous un moment d’hygiène et de distraction. Plus tard, vous sentirez le besoin de n’être pas seul.

Je marierai les célibataires, et vos enfants que je m’appliquerai à faire élever dans la pratique de la vertu, feront oublier, par leur bonne conduite, les fautes de leurs pères."

 Peu après, Sarda Garriga, victime des hostilités locales et de sa "naïveté" fut relevé de ses fonctions après avoir été taxé de "socialisme" (source: Michel Pierre)

Le camp de la Montagne d'Argent.

 

858_001

vignette80-37A première vue, l'emplacement sur l'estuaire de l'Oyapock* était idéal. L'accès par la mer était relativement facile et des flancs de colline ensoleillés, fertiles, offraient des conditions idéales pour la culture des caféiers (dès le XVIIIe siècle, le café de la Montagne d'Argent avait acquis une réputation flatteuse en France).

* (fleuve qui marque actuellement la frontière guyano-brésilienne)

C'est donc là qu'on implanta un des premiers camps destinés à durer, et les vestiges qui demeurent dans la jungle ne laissent aucun doute, quant aux efforts accomplis… surtout que la carrière dont les moellons furent extraits et taillés était située à plusieurs kilomètres en amont :  il fallut donc organiser un transport par voie fluviale.

 

Montagne d'argent, par RiouGravure de Riou, sur les indications du capitaine Bouyer

mtargentContrairement à une idée répandue, la Guyane n'est pas infestée de moustiques… sauf en de rares endroits. Et la Montagne d'Argent est justement un de ceux-ci, infesté d'anophèles – qui transmettent le paludisme (malaria) – tout comme d'ædes-ægypti,  vecteurs de la fièvre jaune. A peine installés, les bagnards et leurs gardiens furent victimes d'épidémies épouvantables (on évalue à 25% par an le taux de mortalité).

Une épidémie particulièrement sévère de fièvre jaune sévit sur le site en 1856 qui n'empêcha pas les hommes, au prix d'efforts surhumains, d'accomplir des travaux remarquables : un petit port protégé par une jetée, des bâtiments divers, une rangée de cachots, des terrasses le long de la colline pour planter les caféiers, le tout en pierres taillées.

Devant l'hécatombe (au camp de Saint-Georges de l'Oyapock où l'on voulait créer un poste avancé dans une région quasiment déserte, face au territoire contesté franco-brésilien, c'était pire), on se résolut à renoncer aux  velléités de colonisation de l'est ou des bords de la rivière Comté pour se rabattre sur l'ouest à Saint-Laurent, où les résultats furent moins pitoyables.

91512-131919Les premières implantations. En bleu, les camps sur l'Oyapock

Mais tant que le mécanisme de transmission des fièvres par les moustiques ne fut pas intégré et que des mesures ne furent pas prises en conséquence : moustiquaires, fumigènes ou simplement feu de bois vert, à la manière amérindienne, quinine contre le paludisme – encore que les transportés la refusaient presque tous, persuadés qu'elle attentait à leur virilité, on ne faisait guère que déplacer le problème en changeant de camp…

Voici copie d'une lettre envoyée par un gardien.

Sans titre-1(Lettre de Philippe Fournier, citée par Michel Pierre)

* Paludisme - ** Fièvre jaune

 

031019 023De nos jours, le trajet en canot entre Saint-Georges de l'Oyapock et les ruines de la Montagne d'Argent est relativement périlleux : le clapot à l'embouchure est impressionnant, et les hauts-fonds rocheux ou vaseux particulièrement traitres ne laissent pas place à l'erreur.

Mais le spectacle de ces ruines dans la jungle, la somme de souffrances qu'elles représentent serrent le cœur. Il n'est pas rare que des pêcheurs brésiliens en lanchas traditionnelles trouvent un abri dans le port, lorsque la mer est trop forte. Dans ces circonstances, la gendarmerie maritime sait fermer les yeux alors que les patrouilles sont plus vigilantes pour tenter d'intercepter les clandestinos qui affrontent la mer au péril de leur vie pour rejoindre les environs de Cayenne, em busca de euro (à la "recherche de l'euro") ou pour extraire l'or de la jungle guyanaise.

 

031019 322En route vers le nouvel "eldorado..."

 

Le site de la Montagne d'Argent (photos de l'Auteur)

 

031018 016A

La Montagne d'Argent, près de l'estuaire (vue depuis le fleuve)

031019 087

Couleur caractéristique des eaux particulièrement limoneuses, autour de l'Amazone.

031019 010

La carrière, en amont (à deux kilomètres de la Montagne d'Argent)

031019 019

031019 085

Le port

031019 089

031019 092

La jetée

031019 030

031019 032

031019 060

Ruines envahies par la jungle. Les ficus descellent les pierres avec une facilité déconcertante.

031019 050

031019 062

031019 056

031019 065

 L'ensemble de la colline était aménagée en terrasses,

face au soleil, pour recevoir les plants de caféiers.

031019 055

031019 052

031019 067

031019 071

031019 070a

031019 074

031019 073

  Bâtiments, puits, cachots.

 

031019 082Les tombes des gardiens ont été pour la plupart profanées.